Débuter un service civique

Créé en 2010, le service civique reste encore peu connu du public bien que les adeptes soient de plus en plus nombreux chaque année. Celui-ci est destiné aux 16-25 ans (30 en cas de situation de handicap) désirant se familiariser avec le monde professionnel sans pour autant être stagiaire ou salarié.
Les organismes qui peuvent accueillir un service civique sont toutes les structures susceptibles de proposer une mission d’intérêt général. Tout au long de votre contrat vous serez sous la responsabilité d'un tuteur, chargé de vous former et de veiller au bon déroulement de votre service civique.
Ayant moi-même effectué cette mission, je peux aujourd'hui vous relater mon expérience et vous proposer 5 conseils avant de débuter un service civique.




1. Choix de l'organisme
Bien que l'ensemble des organismes d’accueil proposent tous une mission d'intérêt général, les compétences que vous allez acquérir durant votre contrat vont différer d'un endroit à un autre. 

Ces missions peuvent s'effectuer dans 9 domaines différents :
  • Éducation
  • Solidarité
  • Santé
  • Culture et loisirs
  • Environnement
  • Développement internationale et humanitaire
  • Mémoire et citoyenneté
  • Sport
  • Intervention d'urgence en cas de crise

Pour ma part, j'ai choisi d'effectuer mon service civique dans le domaine de la solidarité et plus précisément à la CAF où j'avais pour mission l'accompagnement numérique.

Ce choix ne fut pas anodin, il avait pour but de développer les points de ma personnalité où j'avais des lacunes. Venant de terminer mes études, j'avais acquis des connaissances théoriques et il me fallait entrer dans le monde du travail. Seulement, j'avais des difficultés lorsqu'il s'agissait de parler en public ou encore être à l'aise en présence d'inconnus.
L'apprentissage et le développement personnel ne se terminant jamais j'ai décidé de postuler dans un endroit où je savais que je serai constamment en présence d'inconnus et où je devrai aller vers eux leur proposer une aide dans leur démarche.

Ce service civique m'aura été bénéfique et a su répondre à mes attentes, si c'était à refaire je n'hésiterais pas une seconde. Ce fut ma première vraie expérience professionnelle et ce que j'y ai appris ne s'apprend pas sur le banc des écoles. C'est une transition parfaite entre le monde scolaire et le monde du travail.

Et vous, quels sont les points de votre personnalité que vous voulez développer ?


2. Aspect financier
On ne choisit pas son service civique comme on choisirait son travail, les finalités étant différentes. L'un visant l'apprentissage, l'autre l'indépendance financière.

Même si ce n'est pas un emploi il est prévu une rémunération qu'il faut percevoir comme une indemnité pour votre dévouement à une cause qui est noble, celle-ci n'est pas faite pour que vous puissiez vivre de votre travail et devenir indépendant.
Le service civique est avant tout dédié aux jeunes et le mieux est encore de vivre chez ses parents pour pouvoir profiter pleinement de cette indemnisation.

La rémunération se décompose comme suit :
  • 470,14e versé par l’État
  • 106,94e versé en espèce ou en nature par l'organisme d'accueil
A cela peut s'ajouter :
  • 107,03e si vous êtes soit bénéficiaire du RSA, soit dans un foyer bénéficiaire du RSA ou alors titulaire d'une bourse de l'enseignement supérieur (5 à 7ème échelon)




Par ailleurs, la rémunération que vous percevez étant une indemnisation et non un salaire, cela ne vous ouvrira pas droit à la prime d'activité.


3. Être volontaire
Être volontaire est un statut bien particulier, à mi-distance entre celui de salarié et de bénévole. Vous êtes dans un organisme à plein temps et avez une véritable mission. L’établissement qui vous accueille a besoin de vos services et vous confiera des responsabilités.

Concrètement cela pourra être :
  • Lutte contre les discriminations
  • Volontariat écologique
  • Aide pour les élèves en difficulté
Vous allez vous engager durant une période pouvant aller de 6 à 12 mois et serez confronté à la réalité du terrain. Ne pensez pas que parce que vous avez un statut particulier le public sera plus indulgent avec vous. Le statut étant peu connu, on vous confondra souvent avec un salarié et vous représenterez par conséquent l'image de l'organisme, d'où une responsabilité importante.

Mais avant d'être plongé dans le bain vous aurez une formation qui vous sera transmise par votre tuteur afin d'avoir les bases nécessaires pour exercer correctement votre contrat. Cette formation vous inculquera une partie des connaissances, le reste s'apprenant ensuite "sur le tas", avec la pratique, comme dans tous métiers.

Ensuite, à vous de faire preuve de bon sens et de profiter de cette expérience pour améliorer vos compétences professionnelles. Dans tous les cas, n'oubliez pas que vous n'êtes jamais seul et que votre tuteur se fera un plaisir de vous aider.


4. Savoir-être
Le savoir-être est un savoir-faire relationnel, c'est trouver la conduite appropriée à une situation, avoir le comportement adéquat vis à vis de son travail. Vous allez apprendre énormément sur l'organisme qui vous accueille, mais vous allez en apprendre davantage sur vous-même. Il ne sera pas rare de se retrouver dans des situations dans lesquelles vous n'avez jamais été confrontés et auxquelles il faudra savoir faire face rapidement. Au début, il sera normal de paraitre hésitant mais au fur et à mesure vous allez apprendre à réagir avec professionnalisme.

Vous allez vous rendre compte que la confiance en soi est primordial dans la communication avec quel que public que ce soit. La forme est aussi importante que le fond  dans l'énonciation d'une phrase. Dire une chose d'un ton à peine perceptible en bégayant aura moins de valeur que cette même chose prononcée clairement d'un air assuré.

Il y aura des jours ou vous n'aurez pas envie de venir sur votre lieu de travail pour de multiples raisons qui peuvent être personnelles et c'est normal nous sommes humains et pourtant il faudra faire bonne figure et ne rien laisser paraitre. C'est le savoir-être, celui-ci n'est pas indiqué sur votre CV, il s'évalue lors de l'entretien à travers votre comportement et les mots que vous choisissez pour vous exprimer.



5. Et après ?
Durant votre mission vous avez été entourés par de nombreuses personnes, votre tuteur bien entendu, mais aussi des collègues plus ou moins directs avec lesquels vous avez pu discuter pour des raisons professionnelles ou personnelles autour de la machine à café. Ces discussions, qui au premier abord ont l'air anodines permettent de créer ce qui s'appelle un réseau professionnel. Ces personnes font désormais partis de votre cercle de connaissance et peuvent, en fonction de la qualité des relations que vous avez eu, vous aider de différentes manières dans vos démarches pour l'après service civique. Faîtes leur part de votre souhait de postuler dans un domaine précis, ils seront les premiers au courant lorsqu'une place se libèrera et pourront vous joindre.

De plus, votre passage dans l'organisme aura de nombreuses répercussions sur l'avenir de votre parcours professionnel. Soyez sûrs que votre comportement durant le service civique laissera des traces, qu'elles soient positives ou négatives. Votre futur employeur peut appeler votre tuteur pour connaitre votre sérieux et la façon dont vous vous comportiez et sa réponse peut tout changer.

A la fin de votre service civique une attestation vous sera délivrée accompagnée d'un document relatant les connaissances et compétences acquises ainsi que les activités que vous avez effectuées. Ce document pourra être joint à une candidature pour appuyer votre demande.

Commentaires